Veilleprincipes fondamentaux d’une webTV

systeme-webtvLe paysage médiatique change, c’est une réalité. C’est même un sujet térriblement à la mode en ce moment dans les médias traditionnels, inquièts d’y voir une possible fin.

Grâce à internet, créer son média alternatif est devenu un jeu d’enfant. Des textes, des sons, des images… jamais le contenu n’aura été aussi dense et diversifié, enrichi chaque seconde par de -très- nombreux amateurs éclairés.

Petit tour d’horizon de ce qui fait la force d’une WebTV aujourd’hui par rapport au tube cathodique…

de la simplicité dans la diffusion !

Une chaîne de télévision classique diffuse une grille de programmes minutées; c’est ce qu’on peut appeletvclassiquer une diffusion en flux continu. Le téléspectateur, s’il souhaite regarder un programme doit “se soumettre” ou “s’adaper” à cette grille de programme qui lui est imposée.

Sur internet, c’est différent. Dans 99% des cas, la diffusion ne se fait pas en flux continu, mais à la demande, au moyen d’un clic (les vidéos sont stoquées sur un serveur)… il appartient donc à l’internaute de choisir ce qu’il souhaite regarder et surtout, à quel moment dans sa journée. Implicitement, la webTV “se plie” à la demande de l’internaute.

Du coup, c’est la construction elle même des programmes qui est remise en question par cette liberté. politic show 2Sur internet, le contenu doit être diffusé sous forme de modules bien définis et indépendants les uns des autres, dans lesquels l’internaute “pioche” ce qui l’interesse directement. Par exemple, il serait impensable de lui soumettre un plateau de 10 invités si seul le dernier invité du plateau l’interesse. Il faut découper ce plateau, créer un module par invité, se recentrer sur lui et arrêter de penser que c’est en “zappant” qu’on captive un téléspecteur. Un des exemples récent le plus parlant est le PoliTIC Show, lancé lors des présidentielles de 2007 : les entretiens avec les hommes politiques, la plupart du temps en tête à tête, sont longs et captivants car ils font la part belle aux propos des personnes interviewées…

du contenu !

L’internaute, en choisissant le moment pendant lequel il souhaite regarder les programmes qui lui sont soumis, est disponible et actif. Sa faculté à enregistrer les informations qui lui sont soumises est donc accrue et il va chercher un contenu de qualité qui lui corresponde.du contenu

Si le programme diffusé est en adéquation avec son audience, il devient moins contraint par le facteur duré, et peut aller plus loin dans le contenu et l’analyse.

Exemple: interencheres.tv diffuse actuellement des capsules (Œuvre Choisie) décrivant des objets d’art de manière très précises. Les descriptions sont, la plupart du temps, riches en détails et anecdotes, et durent parfois jusqu’à 10 minutes.

du service !

Il ne faut pas oublier qu’une webTV doit s’inscrire dans un environnement de services associés dont la définition est tout aussi importante que le contenu de la webTV.

Dailymotion, YouTube, MySpace ne seraient rien s’ils n’étaient pas avant tout de gigantesques réseaux sociaux avec les services de communication associés. Interencheres.tv s’inscrit autour du moteur de recherche et des alertes des ventes aux encheres d’interencheres.com.

chère communauté…

C’est le nerf de la guerre. Le succès d’une webTV réside dans sa faculté à fédérer autour d’elle des internautes. Ils doivent avoir la possibilité, contrairement à une télévision classique, de réagir immédiatement à ce qu’ils viennent de regarder (par des systèmes de commentaires, de forums, de notations, de diggs… etc…). Cette contribution active permet un dialogue entre les acteurs de la webTV et son audience.

Mais les internautes peuvent aussi contribuer en amont, en determinant le contenu et la programmation de certains programmes. L’exemple le plus parlant est celui de France 24, chaîne située à mi chemin entre la télévision classique et la webTV, qui récupère chaque semaine, via Dailymotion, les questions des internautes qui seront posées à son invité de la semaine et qui ont été filmées et enregistrées par webcam.

Si les internautes ont cette liberté, s’ils ont la possibilité de s’exprimer sur le contenu, presque la faculté d’agir directement dessus, ils reviendront; et pourquoi pas, plus nombreux. La différence est donc réellement marquée entre la télévision classique ou on cherche à interesser le plus grand nombre, et la webTV ou on répond à l’attente d’une cible identifiée, une communauté…

du principe de la diffusion indirect

viralité-webtvLes blogs des internautes les plus actifs, les sites internet des partenaires, les sites axés réseaux sociaux sont autant d’espaces de diffusion faciles à investir. En effet, la diffusion n’est pas liée de manière figée à un nom de domaine… En un copié / collé, le contenu est confronté à une nouvelle audience, qui revient ensuite par l’intermédiaire d’un lien hypertexte dans le lecteur vidéo. C’est le principe des Dailymotion, YouTube et autre sites de partage de vidéos, mais ce n’est pas un principe qui leur est réservé.

Les auditeurs initiaux et partenaires deviennent ainsi prescripteurs de votre programmation. Cette méthode permet également d’augmenter le référencement par liens induits et facilite la viralité du contenu, donc la visibilité du contenu et l’agrandissement de la communauté.

du principe établi de gratuité

De la même manière que la gratuité de l’information reste le modèle dominant sur internet, l’internaute serait peu enclin à payer pour voir.

L’exemple type est le succès très relatif de Vodeo à l’opposé du succès fulgurant de Dailymotion. Sur Vodeo, on achète le contenu issu ou non de la télévision, sur Dailymotion, on accède gratuitement à la production pro, semi-pro et amateur d’une communauté planétaire… tout en y contribuant !

de l’originalité !

Oui, mais voilà… il ne suffit pas d’avoir compris ces principes pour assurer le succès de sa webTV. Il faut maintenant innover. Car l’internaute est plus réceptif à des innovations télévisuelles qu’un spectateur “lambda”, parce qu’il s’inscrit dans une démarche active d’accès à l’information. Par conséquent, de la même manière que plus le contenu est riche, plus la communauté s’agrandit, plus le contenu sera fort, plus l’internaute s’attachera au concept. Il faut toujours garder à l’esprit que c’est le concept qui est attrayant, et le contenu qui retient l’internaute. En restant simple, Vincent Moon l’a parfaitement compris avec ses concerts à emporter; même si le concept n’est pas totalement novateur, il reste fort (filmer les musiciens dans ce qu’ils ont de plus simple en un long plan séquence), et le contenu aussi hometownbaghdad(les artistes qui se prêtent au jeu !). Plus compliqué et dans un autre registre, il y a Hometown Baghdad, série pour le web racontant le quotidien de jeunes Baghdadis pendant la guerre. La série est tournée sur le vif, pendant la guerre, avec de jeunes irakiens auxquels Chat the Planet a prêté des cameras. Le concept est tout aussi unique et inédit que le contenu. (j’aurai d’ailleurs l’occasion d’y revenir prochainement…)

Il faut donc que la webTV s’affranchissent de tous les codes liés à la télévision classique.

finalement, techniquement…

techniquementTechniquement, rien ne devrait différencier une webTV d’une télévision classique, en terme de qualité d’image et de son, et ce malgré les idées préconçues sur le sujet. Ce n’est pas parce que l’image et le son sont proches du broadcast que le contenu de la webTV devient typée cathodique.

Il est tout simplement nécessaire d’avoir une matière première (c’est à dire les images, le son…) propre, pour toujours assurer un minimum de lisibilité, surtout si compression s’en suit en vue de la diffusion.

c’est cher, tout ça, non ?

La qualité a un coût. Mais rassurez vous, ce coût n’est pas le même sur internet et sur la télévision classique.

Grâce aux idées, à la liberté offerte par internet, grâce à la faculté d’adaptation d’une webTV (elle évolue en fonction de son succès !), globalement, grâce à la souplesse liée au fonctionnement d’une webTV, on peut facilement réduire les coûts d’une production, tout en conservant une grande qualité, tant technique qu’éditoriale.

alors, demain, tous producteurs ?

Disons plutôt tous diffuseurs. Car produire un contenu vidéo reste encore quelque chose de compliqué, ne serait ce que techniquement, alors que diffuser est devenu quelque chose d’enfantin. Il suffit parfois d’une bonne idée et d’un blog pour commencer…


11 réponses à “principes fondamentaux d’une webTV”

  1. Butterfly
    1

    c’est bien ce que je disais, tu ecrit des truc trOp intelligent ;)) …. je vais prendre une aspirine :grin:

  2. christophe
    2

    Félicitations pour cette belle synthèse! Une analyse que je partage complérement; il est bon de savoir que d’autres personnes ont la même approche, pas si courante dans la réalité professionnelle !!Et merci pour le clin d’oeil sur le P……’ S..w ;))

  3. TV 2 Demain – Quelles sont les forces d’une webTV ?
    3

    […] principes fondamentaux d’une webTV” publiée par Bart du Studio Gühmes. A lire ici contenu, principes, […]

  4. Julien Guisset
    4

    J’adhère à cette analyse.

  5. elsa
    5

    Franchement on ne peut pas appeler WebTV un blog avec 10 vidéos dedans, une webtv est une plateforme de gestion de contenus vidéos, ajoutez à cela des fonctionnalités interactives et Web 2.0 (gestion de communautés etc.)…
    Des exemples : http://www.adobewebtv.com ou encore http://www.decideurs.tv

  6. bart
    6

    Bonjour Elsa,

    Effectivement, on ne peut pas appeler WebTV, un blog avec 10 vidéos. Mais, finalement, de quel blog parlez vous ? Si c’est du notre, rassurez vous, il n’a pas pour ambition d’être une WebTV, mais bel et bien un blog…

    Ceci étant dit, un blog est une plateforme de gestion de contenus, avec des fonctionnalités interactives et Web 2.0, qui ne sont certes pas forcément orientées vidéo / webTV, mais qui peuvent très bien fonctionner.
    Allez donc jeter un oeil sur http://www.interencheres.tv ou encore http://www.politicshow.fr : ce sont deux blogs. Après tout, le blog n’est qu’un moyen comme un autre de diffuser ces vidéos; ce qui compte c’est tout de même le contenu…

  7. blog du studio gühmes » videocamp2 ou la vidéo pro sur le web
    7

    […] j’ai vu dans ce barcamp une sorte d’écho au dossier que j’avais écrit (principes fondamentaux d’une webTV ndlr) il y a quelque temps sur la webTV, rassuré de voir que d’autres pensent comme moi et […]

  8. TV2Demain – Quelles sont les forces d’une WebTV?
    8

    […] Je prends deux minutes sur un emploi du temps très chargé, pour vous conseiller un analyse très intéressante sur “les principes fondamentaux d’une webTV” publiée par Bart du Studio Gühmes. A lire ici […]

  9. iBal.tv - Barthélemy Antoine-Loeff – principes fondamentaux d’une webTV
    9

    […] article que j’ai écrit sur le blog Studio Gühmes (ma petite boîte de prod) à propos des principes fondamentaux d’une webTV… Sinon, j’ai fait un copier/coller à l’identique de l’article sur lire la suite (oui, je […]

  10. Chétikoi
    10

    Très bon article
    Nous avons un concept très particulier pour notre webtélé qui pourrait peut-être vous intéresser. Nous avons une mission d’insertion sociale pour les jeunes.
    Merci et n’hésitez pas à nous laisser vos commentaires.
    http://www.chetikoi.tv

  11. Quelles sont les forces d’une WebTV? « Christophe Milet Lifestream
    11

    […] Je prends deux minutes sur un emploi du temps très chargé, pour vous conseiller un analyse très intéressante sur “les principes fondamentaux d’une webTV” publiée par Bart du Studio Gühmes. A lire ici […]

Abonnez-vous à notre newsletter. Sinon, nous sommes aussi sur twitter ou facebook.